© 2016 par Theo Avoyne 

14 avenue Richerand, 75010, Paris, France

Aymeric et le Cognac, un héritage familial !

12/05/2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE COGNAC ALFRED MORTON

 

Pour se plonger dans l'univers du Cognac il est important d'effectuer un petit voyage dans le temps... Saviez vous qu'au III e siècle, l'empereur romain Probus permit aux vignerons gallo-romains de produire eux-mêmes leur vin notamment en Saintonge?

 

Mais c'est à partir du XVe siècle que le vin de la région est apprécié bien au-delà de son territoire.

 

Comme il est peu alcoolisé, il voyage mal et arrive souvent « piqué ». C'est alors qu'on décide de le distiller pour transporter cette « eau ardente » en barriques le long de la Charente, à destination des royaumes du nord de la Ligue hanséatique. On se rend vite compte que les Néerlandais raffolent de ce brandewijn (« vin brûlé », d'où le terme anglais brandy et le terme français brandevin).

 

Au début du XVIIe siècle apparaît la distillation simple, afin de diminuer les frais de transport et de stockage, car un alcool concentré, que l'on peut couper d'eau à l'arrivée, occupe moins de volume que le vin lui-même. Les premiers alambics sont installés en Charente par les Hollandais. Les commerçants hollandais font la renommée des crus de « Champagne » et des « Borderies », qu'ils transforment en « vin brûlé ».

 

Au fil de la consommation de cette eau-de-vie, stockée parfois sur une longue période, on s'aperçoit qu'elle se bonifie en vieillissant dans des fûts de chêne (du Limousin) et qu'elle peut même se consommer pure. Les longs transports, au départ des ports de la côte atlantique, font découvrir à toute l'Europe le potentiel de cette boisson. Ce sont d'abord les négociants hollandais qui s'en chargent, mais le premier grand marché d'exportation sera le port de Londres, avec ses entrepôts, devenu la plaque tournante commerciale de l'Europe peu après 1700. 

 

La croissance économique et démographique anglaise, le développement de la Royal Navy lors de la révolution financière britannique, créent au même moment une pénurie d'alcools distillés à base de céréales et il faut trouver des produits de remplacement. Les Anglo-saxons et les Hollandais installés à Londres lancent alors la double distillation, du type de celle utilisée pour le whiskey irlandais.

 

Cette double distillation est vraiment utilisée à grande échelle à partir du siècle suivant, le XVIIIe, qui voit plusieurs riches commerçants venus d'outre-Manche fonder en Charente, à Cognac et Jarnac, des sociétés de négoce se spécialisant peu à peu dans la production et la vente de cognac : Martell créée par Jean Martell (1694-1753), Hennessy par Richard Hennessy, Delamain et Cie par James Delamain (1738-1800) etc…

 

Aujourd'hui les vignobles du cognac de la région, avec la vente de 197,4 millions de bouteilles en 2017 pour une valeur de 3,15 milliards d'euros de chiffre d'affaire, le secteur est de nouveau florissant.Il emploie 16800 personnes dont 4450 producteurs.

 

Le cognac Morton a été crée en 1840 par un citoyen Américain né à Bordeaux, Alfred Morton.

 

Il subit de plein fouet la Prohibition américaine. Il doit céder sa maison à un de ses concurrents en 1923.

 

Cette dernière a été reprise en 2013 par Aymeric de Clouet, descendant du fondateur, il est par ailleurs expert en vins et spiritueux.

 

Particulièrement sensible à l'histoire du Cognac, ce fut un bonheur de partager la passion d'Aymeric de Clouet lors de la dégustation qui a été offerte aux visiteurs lors de la soirée : "La maison Robert Kerr au salon Séguier."

La finesse du goût et les arômes ont été inspirés par les dernières bouteilles élaborées par les descendants Morton, précieusement gardées de génération en génération, c’est la première nouvelle cuvée issue de la Maison Morton.

Quatre années de mise au point et de sélection des meilleures eaux-de-vie ont été nécessaires pour la création de cette cuvée, héritage d’une tradition et d’un long apprentissage.

 

Il a été particulièrement apprécié pour son goût subtile et léger !

 

 

 

 

 

 

 

COGNAC ALFRED MORTON

 

To dive into the world of Cognac it is important to take a trip back in time ... Did you know that in the 3rd century, the Roman Emperor Probus allowed the Gallo-Roman winemakers to produce their own wine. wine especially in Saintonge?

 

But it is from the fifteenth century that the wine of the region is appreciated well beyond its territory.

 

Since he has low alcohol levels, he travels badly and often gets stung. It was then decided to distil it to transport this "hot water" in barrels along the Charente, to the kingdoms of the north of the Hanseatic League. We quickly realize that the Dutch love this brandewijn ("burnt wine", hence the English word brandy and the French term brandevin), and that they drink it cut water in taverns, ports, on their boats, more rarely at home.

 

At the beginning of the 17th century, simple distillation was introduced, in order to reduce transport and storage costs, because a concentrated alcohol, which can be cut with water on arrival, occupies less volume than the wine itself. . The first stills are installed in Charente by the Dutch. Dutch traders are famous for their "Champagne" and "Borderie" wines, which they turn into "burnt wine".

 

Over the consumption of this brandy, sometimes stored over a long period, we see that it improves with aging in oak barrels (Limousin) and that it can even be consumed pure. The long transports departing from the ports of the Atlantic coast, make all the Europe discover the potential of this drink. It is primarily the Dutch traders who take care of it, but the first major export market will be the port of London, with its warehouses, which became the commercial hub of Europe shortly after 1700.

 

The economic and demographic growth in England, the development of the Royal Navy during the British financial revolution, create at the same time a shortage of distilled spirits made from cereals and alternative products have to be found. The Anglo-Saxons and the Dutch settled in London then launched the double distillation, of the type used for Irish whiskey.

 

This double distillation is really used on a large scale from the following century, the eighteenth, which sees several rich traders from across the Channel found Charente, Cognac and Jarnac, trading companies specializing gradually in production and the sale of cognac: Martell created by Jean Martell (1694-1753), Hennessy by Richard Hennessy, Delamain and Co. by James Delamain (1738-1800) etc ...

 

Today the cognac vineyards of the region, with the sale of 197.4 million bottles in 2017 for a value of 3.15 billion euros in turnover, the sector is flourishing again.It employs 16800 people including 4450 producers.

 

 

The Morton cognac was created in 1840 by an American citizen born in Bordeaux, Alfred Morton.

 

 

He suffered the full force of American Prohibition. He must give up his house to one of his competitors in 1923.

 

The latter was taken over in 2013 by Aymeric de Clouet, descendant of the founder, he is also expert in wines and spirits.

 

Particularly sensitive to the history of Cognac, it was a pleasure to share the passion of Aymeric de Clouet during the tasting that was offered to visitors during the evening: "Robert Kerr House at Séguier."

The delicacy in taste and aroma was inspired by the latest bottles developed by the Morton descendants, carefully guarded from generation to generation, this is the first new cuvée from Maison Morton.

Four years of development and selection of the best eaux-de-vie were necessary for the creation of this cuvée, legacy of a tradition and a long apprenticeship.

 

He was particularly appreciated for his subtle and light taste!

 

Please reload